BLOG D'ABRACADACRAFT

Eclectic Gipsyland

Des kilomètres de fils, des milliers de brides, un univers flamboyant et des créations qui parcourent le monde. C'est le pays gipsy de Cécile qui sort son premier livre aujourd'hui. Rencontre.

Ce portrait a fait l'objet d'une première publication en janvier 2012 et a été réactualisé pour la sortie du livre de Cécile Balladino "Crochet bonhème" à partir de la ligne "EDIT du 10 janvier 2013".

Qui vit dans ce pays Gipsy si chatoyant ?

Je m’appelle Cécile et je vis dans l’Eure près de Giverny après avoir longtemps vécu et travaillé à Paris où je me rends encore régulièrement.

Il y a longtemps que vous avez créé votre blog ?

Le blog a été créé il y a un an à peine mais j’ai commencé sur un flickr il y a des années, et mes photos ont été vues plus d’un million et demi de fois. Je me sers de mon blog comme d’une vitrine pour partager ce que je fais au crochet mais pas uniquement. Il y a aussi mes coups de cœur, les lieux visités, les boutiques et les créatrices que j’aime que ce soit en crochet ou en déco.

Et le nom de votre blog, il vient d’où ?

C’est un petit clin d’œil à un album de Jimi Hendrix, Electric ladyland, car j’aime beaucoup le rock des années 60-70. J’avais déjà ce pseudo sur flickr où j’ai commencé à poster des photos en 2006. J’y étais très suivie et, quand j’ai créé mon blog parce que j’avais envie d’ajouter des textes à mes photos, j’ai gardé ce pseudo.

Ce nom colle parfaitement à l’esprit « gipsy » de votre blog …

Toute ma famille, depuis mon grand-père, travaille dans le milieu du cirque et des fêtes foraines et j’ai moi-même travaillé dans ce milieu pendant 10 ans.

Votre blog regorge de merveilles crochetées, vous en faîtes depuis toujours ?

sac grannies bordés noir

J’ai toujours fait de tout mais, en étant gauchère je trouvais le crochet très compliqué. J’ai commencé par la lecture des 100 idées de ma mère, je devais avoir cinq ans. J’ai fait du tricot, énormément de couture (elle a fait le studio Berçot, ndlr), de la broderie, du patchwork etc. mais je ne comprenais rien au crochet, je trouvais ça compliqué.

Et le déclic s’est fait quand et comment ?

Je m’étais lancé le défi d’apprendre avant mes 40 ans et j’y suis arrivée avec un petit livret DMC avec les points de base. C’est ce que j’ai trouvé de mieux. Le crochet, ce sont toujours les mêmes gestes et une fois qu’on a intégré ça, le nombre de jetés à faire et où l’on doit piquer, ça va tout seul.

carnival eclectic gipsyland

Et une fois le « virus » attrapé vous ne vous êtes jamais arrêtée ?

Oui depuis cinq ou six ans ça ne m’a plus jamais lâché. Je fonctionne beaucoup par périodes, et, du jour au lendemain je peux changer de discipline. Là je n’ai pas fini, parce que je n’ai pas encore fait le tour de la question.

J’ai vu que vous aviez une boutique Etsy, c’est plus qu’un hobby maintenant ?

Lorsque j’étais sur Flickr, on me demandait souvent si je vendrais. Ça à tout de suite marché. Je vends principalement à l’étranger, beaucoup aux Etats-Unis, en Chine, en Australie, en Angleterre, en Italie. Peu en France, parce que les français ont du mal à se mettre à Etsy.

Mais j’imagine que c’est long de crocheter ce que vous présentez, vous arrivez à suivre ?

sac grand granny

Non, c’est bien mon gros problème, je n’arrive plus à suivre. Je mène plusieurs projets en même temps pour ne pas me lasser et je fais rarement deux fois la même chose. Je préfère d’ailleurs que l’on me donne carte blanche.

Où est-ce que vous puisez votre inspiration ?

J’ai toujours aimé les couleurs. Je n’ai pas d’influence particulière, c’est en moi, surtout pour le crochet car il y a très peu de magazines pour s’inspirer. Je pars sur des couleurs et des matières et après ce sont des choses qui n’ont rien à voir avec le crochet.

Vous avez une matière de prédilection ?

Non, je fonctionne au coup de cœur. Je commence par choisir mes couleurs et, si possible, des matières nobles, pas trop d’acrylique. Quoique, je peux très bien faire quelque chose avec des fils trouvés chez Emmaüs. Ça va du plus simple au plus luxueux. Coton, laine, soie, je travaille tout.
puffy réduit eclectic gipsyland

Vous avez une préférence pour une marque de fil ?

J’aime bien sortir des sentiers battus, je ne suis pas les tendances du fil. Là, je travaille avec une marque de fils extraordinaires, Renaissance dyeing. La personne qui a créé cette marque habite dans les Pyrénées, en Ariège. Elle teint ses fils à la main avec des couleurs exceptionnelles. Je travaille avec elle via internet, elle a une gamme de 75 couleurs et elle peut tout faire. C’est une pure laine très douce. J’aime bien aussi la mercerie Le comptoir qui se trouve à Paris, Rue Cadet et les fils Drops que je commande chez 1 ou 2 mailles . Et en province j’ai la chance d’avoir encore une boutique Phildar donc j’achète aussi chez eux et, mon lieu de perdition favori c’ est Destocklaines. 

Et qu’est-ce que vous préférez faire ?

J’ai fait quelques vêtements mais je préfère crocheter des accessoires, surtout des sacs. Actuellement c’est quasiment un plein temps.

aumonière eclectic gipsyland

J’ai vu que vous donniez aussi des cours …

Je donne des cours à Rouen un samedi par mois au Café perdu, rue d’Amiens de 14h30 à 16h30. On vient librement mais c’est mieux si on me prévient via ma page Facebook parce que je ne peux pas prendre plus de dix personnes. Au départ ce sont des débutantes mais elles ont toutes progressé.

Et votre blog il vous prend beaucoup de temps ?

Je suis très lente, mais je fais beaucoup de photos et j’essaye de soigner la mise en page. Mon blog est bilingue, donc ça me prend du temps de tout traduire, de sélectionner les photos. Je suis beaucoup citée sur d’autres blogs mais je n’ai pas le temps « d’attirer » la visite en allant mettre des commentaires sur d’autres blogs. J’en suis navrée …

Vous connaissez d’autres blogueuses ?

Non, très peu, je suis assez solitaire. Mais le blog m’apporte d’énormes satisfactions et, grâce à lui j’ai été contactée par Marie-Claire Idées. J’ai donc travaillé sur un projet pour leur prochain numéro.

Des idées pour aujourd’hui et pour deux mains ?

Je fais un sac en ce moment.

Et si comme toutes les fées vous aviez un super pouvoir, ce serait ?

Avoir plus de mains pour pouvoir répondre à la demande.

EDIT du 10 janvier 2013

Cécile, voilà un an que nous avons diffusé la première partie de cette interview, qu’est-ce qui a changé dans votre vie aujourd’hui ?

Il y a 12 mois je commençais juste à travailler sur mon livre mais je n’en parlais à personne. Cela a été un travail énorme. Aujourd’hui je ne donne plus de cours de crochet à Rouen mais à Paris chez Rrose Sélavy, un week-end par mois. J’organise également ponctuellement avec Aimee (la propriétaire du salon de thé) des soirées thématiques à l’Oisivethé.

Je n’ai plus de boutique Etsy, mais je travaille régulièrement pour des magazines comme Marie-Claire idées, ou Koigu (magazine canadien) et pour des lainiers.
plaid eclectic gipsyland pour mci

Venons-en à votre livre qui paraît aujourd’hui aux éditions Le temps apprivoisé. Vous avez une créativité débordante, est-ce que cela n’a pas été une contrainte de travailler sur une ligne éditoriale ?

Je n’ai eu aucune contrainte car mon éditrice et son équipe m’ont laissé carte blanche de A à Z. Lorsqu’elle m’a contactée au cours de l’été 2011, Valérie (l’éditrice, ndlr) m’a simplement dit qu’elle aimerait un livre autour du crochet bohème. Je lui ai présenté un premier projet qu’elle a validé et elle m’a fait confiance pour tout le reste sans que je lui montre mon travail en cours de réalisation.

flyer livre crochet cécile balladino

Les photos du livre reflètent bien l’esprit de votre blog…

Je voulais être présente lors des prises de vues et Claire et Florence ont su parfaitement capter l’esprit. Je ne voulais pas qu’il y ait juste une photo de chaque modèle, je souhaitais une ambiance particulière. Nous sommes parties une semaine dans les roulottes et on s’est tout de suite compris, sans tergiverser.

crochet ohème le temps apprivoisé

Je craque sur le merveilleux collier plastron de la page 28. Est-ce qu’il est accessible aux débutantes comme moi ?

J’ai conçu des choses très simples à faire et ce collier est parfaitement adapté à celles qui commencent. Les cercles au crochet sont faits en deux soirées, le plus long c’est le montage. Pour l’ensemble du livre, ce sont plus des directives que des modèles à suivre à la lettre. J’ai voulu montrer qu’avec des choses assez simples, en les mixant on pouvait s’approprier un modèle. Le collier, on peut le faire avec un fil plus gros, des choses de récup, du tissu, des perles. C’est plus amusant de laisser exprimer son propre style.

collier crochet bohème eclectic gipsyland

Vêtements, accessoires, déco, y a-t-il un domaine que vous n’avez pas encore exploré et qui vous tente ?

J’ai brodé, patché, tricoté, cousu, crocheté, même si je n’ai pas encore fait le tour du crochet j’ai très envie d’essayer le crazy patch. Je trouve aussi qu’il y a beaucoup de choses créatives à faire en tricot et je vois de très belles choses, notamment chez les américaines.

Et maintenant quelles sont vos idées pour aujourd’hui et pour deux mains ?

J’ai des ouvrages à rendre pour des parutions. J’aimerais faire des kits. Je prépare mon prochain cours chez Rrose Sélavy qui aura lieu les 26 et 27 janvier. Je vais participer à Aig’uilles en Lubéron du 8 au 12 mai, refaire un stage aux roulottes. Et d’ici là je vais commencer à dédicacer mon livre. D’abord à l’Oisivethé le 22 janvier 2013 à partir de midi et jusqu’à 22h, puis au salon L’aiguille en fête où je serai sur le stand de mon éditeur (D.6.1 porte de Versailles) les 14 et 15 février prochain.

 

Découvrez aussi une vidéo tournée cet été pendant le stage aux roulottes :


CROCHET BOHEME avec Cécile Balladino par <a hr

On joue ?

Les éditions Le temps apprivoisé offriront un exemplaire du livre "Crochet bohème" à l'une d'entre vous. Pour participer, il suffit de nous indiquer dans votre commentaire "quel est le poids du collier présenté de livre de Cécile" (photo du quadriptyque ci-dessus). Si il y a plusieurs réponses exactes, un tirage au sort parmi les bonnes réponses sera oranisé à l'issue du jeu. Vous pouvez jouer jusqu'au jeudi 17 janvier 2013 à midi.

Crédit photo pour le collier plastron et pour le quadriptyque : Claire Curt éditions Le temps apprivoisé

Crédit photo pour le plaid paru dans Marie-Claire idées : Valérie Lhomme pour MCI

EDIT du 18 janvier 2013 : le collier crocheté par Cécile pèse excatement 183 grammes. aucune réponse excate mais Claire et Chris s'en rapproche le plus avec 182 grammes. J'ai donc procédé à un tirage au sort en attribuant à Claire le numéro 1 et à Chris le numéro 2. C'est le commentaire de Claire qui a été tiré au sort. Le fichier du tirage au sort peut-être consulté ici

par Nathalie | 10 Janvier 2013

Publier un nouveau commentaire

commentaires

Facebook Connect

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.